Message du Président des Affaires religieuses, Erbaş pour le 25 novembre, la Journée internationale pour l’élimination de la violence contre les femmes

Message du Président des Affaires religieuses, Erbaş pour le 25 novembre, la Journée internationale pour l’élimination de la violence contre les femmes

dimanche 29 novembre 2020

L’Islam qui accepte tous les êtres humains comme les « créatures la plus nobles » par leur création, garantit les droits et les libertés fondamentaux de chacun sans aucune discrimination, avec ses principes et dispositions qui donnent vie à la terre. À cet égard, l’Islam qui accepte la vie, la propriété, la dignité et l’intimité de toutes les personnes, hommes et femmes, jeunes et vieux, comme sacrés, est une religion qui est la garantie de la paix dans le monde avec ses principes chargés de miséricorde.

Notre prophète bien-aimé qui est un exemple de miséricorde envers le monde en vivant chaque principe de l’Islam, a toujours construit ses relations avec les gens sur des valeurs universelles telles que l’affection, la miséricorde, la justice et l’équité. Dans ce sens, Il a dit : « Un croyant est une personne amicale. Il n’y a rien de bon chez une personne qui n’établit pas des rapports de proximité (avec les gens) et avec qui personne ne peut établir des rapports de proximité. » (Ahmed, Musnad, 2/400). Il a ainsi souligné que la valeur fondamentale des relations humaines est de s’entendre.

Cependant, malheureusement, notre monde traverse une spirale incessante de violence, en particulier depuis le siècle dernier. Les segments faibles et impuissants de la société, les enfants et les femmes sont les plus touchés par ladite spirale de violence qui menace toute l’humanité indépendamment de la religion, la race, la géographie, le sexe et le statut. Il faut savoir que faire endurer la violence à une personne sans défense, à des femmes et à des enfants et les vexer, les diffamer pour une raison quelconque est une manifestation de l’idée de l’ignorance dépourvue de justice et de miséricorde. Car, l’existence de la justice et de la compassion dans une société se mesure par le niveau de conscience et de moralité d’une personne et l’attitude manifestée envers les faibles.

Dans ce contexte, l’Islam exige que l’idée de l’époque de l’ignorance qui abuse, marginalise et marchandise la dignité des personnes, en particulier des femmes et des enfants, soit entièrement éliminée et que le respect et l’affection prévaut dans les cœurs, la miséricorde et la dignité dans la famille, la justice et l’amitié dans la société. L’avertissement suivant que le Messager d’Allah qui avait particulièrement placé les concepts de droit, de confiance, de respect et d’affection au centre du comportement envers les femmes, avait fait lors de son Pèlerinage d’adieu, est l’expression la plus claire de l’importance que l’Islam montre à cette matière : « Ô peuple! Respectez les droits des femmes! Traitez-les avec affection et amour ! Je vous conseille de craindre Allah sur elles… » (Muslim, Hajj, 147)

Donc, la seule façon de nous sauver de la spirale de violence qui a ébranlé l’unité de la famille et de la société est de tenir compte de ce conseil de notre Prophète. C’est placer miséricorde, justice, compassion et affection sur la base de nos relations en assimilant les messages de miséricorde du Coran, les principes moraux de l’Islam et la vie exemplaire de notre Prophète. C’est lancer une campagne de miséricorde qui englobera tous les êtres vivants, en particulier nos femmes et nos enfants.

À cet égard, j’espère que les activités qui auront lieu le 25 novembre, la Journée internationale pour l'élimination de la violence contre les femmes, seront un moyen sur la prise de conscience permanente de la bonté et de la miséricorde et pour que les enfants et les femmes du monde entier parviennent à des jours paisibles loin de toutes sortes de violence, de négligence et d’abus.

Prof. Dr. Ali ERBAŞ

Président des Affaires religieuses