Le message du Président des Affaires Religieuses Erbaş pour la fête du sacrifice, dite l’Aïd el-Kébir

Le message du Président des Affaires Religieuses Erbaş pour la fête du sacrifice, dite l’Aïd el-Kébir

mercredi 21 juillet 2021

Mes chers frères et sœurs, nous vivons avec enthousiasme et joie la fête du Sacrifice, l'un des moments les plus remarquables, source de félicité et de béatitude, offert par notre Seigneur Allah, l'Omnipotent.

L’Aïd el-Kébir qui est la manifestation la plus explicite du symbole de la dévotion à Allah et de l’obéissance et de la fidélité à Lui, représente également un rituel remarquable qui nous permet de nous rapprocher de notre Seigneur et d'atteindre la bonté.

La fête du Sacrifice est la fête permettant de nourrir nos espoirs quant à notre rapprochement à Allah, Le plus aimé, en espérant que nos rituels dont celui du sacrifice seront acceptés.

Mes chers frères et sœurs, les fêtes (l’Aïd el-Kébir) vont nous permettre de nous rapprocher de la nature humaine, de nous unir autour de la croyance, l’histoire et la civilisation commune ainsi que de renforcer notre fraternité. Il s’agit de moments pendant lesquels avec les émotions d’union, d’unité, de partage et de soutien ; le cours de la vie change et atteint une béatitude et une tranquillité.    

Sans aucun doute, les fêtes vont retrouver leurs significations réelles, quand elles permettront de partager les bonheurs tous ensemble. En effet, il s’agit d’un jour de joie pour tous les musulmans. C’est à ce moment que les tristesses vont se dissiper et les cœurs vont être remplis d’affection dans une ambiance de sérénité.

Il faut que nous considérons la fête de l’Aïd el-Kébir que nous célébrons dans cette optique comme l’occasion de nous rappeler les uns et les autres, de renouveler notre acte de fraternité et de renforcer notre union et notre unité.

Nous devons estimer ces jours comme une opportunité pour développer les principes agréables de notre croyance, notre culture et notre civilisation, mais aussi de faire revivre nos valeurs.  

Tout d’abord, nous devons remercier Allah, notre Seigneur, qui nous a permis d’atteindre ce jour parmi des grâces infinies. Nous devons évoquer nos louanges pour le bonheur qu’Il nous permet de vivre avec cette fête. Puis, nous devons manifester la joie de la fête que nous faisons verdir dans nos cœurs par le biais de paroles et d’attitudes observables. Permettons de faire de la fête un moment de souvenirs, inoubliable dans les esprits des familles et des enfants en particulier. Devenons la source pour la joie de nos parents tout d’abord, de nos familles, nos proches, nos amis et nos voisins qui nous attendent et souhaitent nous voir et nous entendre lors de ces fêtes. Par ce biais, permettons de renforcer notre fidélité et notre dialogue. Par ailleurs, n’oublions pas que nous, nous sommes un peuple apportant l’espoir aux oppressés, aux victimes, aux orphelins, aux personnes dans le besoin.

Nous sommes une civilisation connue pour avoir apportée la joie à toutes les géographies souffrant de faim, de soif, de conflits, de tyrannie et d’agressivité et qui attendent un soutien. Nous devons agir avec cette conscience pour devenir la joie de tous nos frères et sœurs qui souffrent d’affection et de miséricorde ; et nous devons travailler d’avantages en nous renouvelant pour devenir le remède du monde entier et la libération de toute l’humanité et enfin nous devons renforcer à nouveau notre persévérance pour la lutte.       

C’est avec ces pensées et sentiments profonds que je félicite la fête de l’Aïd el-Kébir de notre digne peuple, de nos compatriotes et de nos parents qui vivent à l’étranger, et de tous les Musulmans. Nous commémorons avec miséricorde tous nos martyrs qui nous ont confié cette nation de paradis dans laquelle nous vivons ; et nous sollicitons Djenab-i Allah pour qu’Il permette à toute l’humanité par le biais de cette fête de vivre un moment de paix, de sérénité et de joie.        

 

Le Prof. Dr. Ali Erbaş

Le Président des Affaires Religieuses