Message d’Ali Erbaş, le Président des Affaires Religieuses au sujet du mois de Muharrem, de l’Achoura et de Kerbela

Message d’Ali Erbaş, le Président des Affaires Religieuses au sujet du mois de Muharrem, de l’Achoura et de Kerbela

vendredi 20 août 2021

Lors du mois de Muharrem il y eut de nombreux événements avec des souvenirs douloureux et profonds dans le monde spirituel et émotionnel des musulmans. Le 10ème jour du Muharrem qui est le jour de l’Achoura concerne en même temps la date pendant laquelle survint la catastrophe de Kerbela qui est l’un des événements les plus douloureux de l’histoire de l’Islam. 

L’événement de Kerbela qui eut lieu la 61ème année de l’Hégire est le chagrin commun de tous les musulmans qui ont la foi en Allah et son Messager et qui possèdent une affection pour l’Ahl-al Bayt ; quels que soient leurs madzhaps, leurs mentalités, leurs cultures, leurs géographies, leurs races et leurs idéologies. Housayn et ses compagnons qui furent mis en martyre à Kerbelâ pour les valeurs transcendantes qu’ils défendaient sont commémorés avec des invocations par les musulmans qui éprouvent ce chagrin émotionnellement ; tandis que ceux qui leurs ont fait subir cette tyrannie sont condamnés dans les consciences.     

Housayn est le représentant remarquable d’une vie exemplaire, une décence transcendante, une posture digne et honorable dans la voie de l’Islam. En réalité, son objectif et son idéal sont visibles dans sa vie, sa décence, et sa mise en martyre. En effet, il s’est positionné face à toutes mentalités et croyances erronées pouvant entrainer la communauté vers la sédition. Il s’est efforcé pour la redynamisation de la pensée unitaire et fraternelle de l’Oummah. Il s’est positionné face à la tyrannie et l’injustice en vue de faire régner la justice, le droit et la justesse. Il a sacrifié sa vie dans cette voie.    

Par conséquent, éprouver une affection pour Housayn consiste à le comprendre ; et suivre sa voie consiste à s’approprier de ses idéaux. Aujourd’hui notre plus important devoir consiste à comprendre correctement avec les causes et les conséquences cet événement douloureux qui a bouleversé nos cœurs. Et aussi d’en tirer les leçons nécessaires pour l’état actuel et futur de l’Oummah.   

Ainsi, se souvenir de Kerbelâ ne consiste pas à célébrer un événement de deuil ordinaire. Mais il s’agit de défendre les valeurs de la justice, du droit, de la justesse et de la miséricorde pour lesquelles Housayn s’est sacrifiées en se positionnant face à la tyrannie et aux tyrans. 

D’un autre côté Kerbelâ qui représente l’un des plus grands chagrins de l’histoire de l’Islam nous rappelle aussi nos responsabilités vitales. Il s’agit d’une responsabilité digne qui consiste à ouvrir nos cœurs, à abandonner toute polarisation, à renouveler nos contrats fraternels, à nous souder davantage avec une conscience unitaire et fraternelle assumée parmi les idéaux de Housayn. Il s’agit de conseiller afin de rester constamment éveillé face aux groupes malsains qui cherchent à semer la sédition et la perversion.

Par conséquent nous, nous devons nous efforcer pour renforcer notre unité et notre union avec nos émotions, nos mentalités, nos paroles et nos attitudes face aux fluctuations du moment. Nous devons nous éloigner de tout discours et comportements pouvant nuire à notre fraternité et notre dialogue qui nous permettent de nous lier les uns aux autres. Nous devons nous abstenir de renouveler un nouvel événement comme celui de Kerbelâ et des souffrances nouvelles qui bouleverseront nos cœurs. 

Par cette occasion, je commémore avec miséricorde et remerciement tous nos martyrs qui ont sacrifié leurs vies pour la religion, la foi, la nation, et les choses sacrées ; et notamment le maître des martyrs Housayn, ainsi que les personnes opprimées de Kerbelâ, de Badr, de Malazgirt, de Dardanelles, de Sakarya, ceux du Conflit pour la Libération et enfin ceux du 15 Juillet et ceux de nos jours. J’effectue des invocations auprès de notre Seigneur Allah, l’Omnipotent afin que nos Compatriotes et tous les Musulmans vivent en toute sérénité, paix et sécurité.

 

Le Prof. Dr. Ali ERBAŞ

Le Président des Affaires Religieuses