« Notre fraternité et notre amitié avec l'Azerbaïdjan continueront pour toujours »

« Notre fraternité et notre amitié avec l'Azerbaïdjan continueront pour toujours »

mercredi 10 novembre 2021

Le Président des Affaires Religieuses Erbaş a déclaré : « Notre fraternité et notre amitié avec l'Azerbaïdjan continueront pour toujours. »

“Azerbaycan ile kardeşliğimiz, dostluğumuz ilelebet devam edecektir”

“Azerbaycan ile kardeşliğimiz, dostluğumuz ilelebet devam edecektir”

“Azerbaycan ile kardeşliğimiz, dostluğumuz ilelebet devam edecektir”

“Azerbaycan ile kardeşliğimiz, dostluğumuz ilelebet devam edecektir”

“Azerbaycan ile kardeşliğimiz, dostluğumuz ilelebet devam edecektir”

Le Président des Affaires Religieuses Prof. Dr. Ali Erbaş, était l'invité de l'émission "Mir Şahin Vakti" diffusée sur l'Azerbaïdjan Real TV. Partageant ses impressions de 3 jours sur l'Azerbaïdjan dans le programme, le président des Affaires religieuses Erbaş a parlé des atrocités commises par l'Arménie pendant l'occupation du Karabakh.

Le président Erbaş a commencé son discours en souhaitant que la victoire du Karabakh soit bénéfique et bénie pour l'Azerbaïdjan, la nation turque et tous les musulmans.

« Nous étions toujours avec nos frères et sœurs azerbaïdjanais avec des prières »

Disant « Pendant la guerre, nous étions toujours avec nos frères et sœurs azerbaïdjanais avec des prières » le Président Erbaş a déclaré : « Nous avons visité Choucha. Nous avons témoigné comment nos soldats se sont battus, comment ils ont libéré les terres du Karabakh de l'occupation ennemie, comment nos martyrs ont luttés. Nous avons prié nos soldats et récité le Coran à nos martyrs. Nous avons visité nos mosquées, récité l’adhan et nous avons prié. ».

« Ils ont transformé la mosquée en écurie »

Le Président Erbaş, soulignant qu’ils ont visité la ville d’Ağdam mais que les arméniens n’ont pas laissée une pierre non retournée, il a déclaré :

« Ils ont totalement détruites, pillés. Ils ont démoli la mosquée de Djuma. C’est-à-dire ils l’ont tiré jusqu’au mihrab et ils l’ont transformé en écurie. Non seulement ils ont détruit des villes, mais ils les ont torturées, tourmentant même les cadavres des martyrs dans les cimetières et les cimetières. Couper les organes des gens est brutal. Nous avons vu de nos propres yeux à quel point ils sont cruels et sauvages.

« Dans notre religion, les morts ont l'immunité »

Dans l’Islam il est illicite d’endommager les temples et les civils innocents. Lorsque les deux camps échangent leurs morts, nous voyons qu'ils ont endommagé les corps de nos martyrs. Ils ont coupé leurs organes. Mais nous les avons livrés leurs morts sans aucun mal. L'Islam dit que vous ne pouvez toucher ou blesser une personne décédée de quelque façon que ce soit. »

« Il n'y a pas de l’adhan sans liberté »

Décrivant sa mémoire lorsqu'il a récité l’adhan dans la mosquée historique Yukari Govher de la ville de Choucha, qui est devenue l'un des symboles de la victoire, le président Erbaş a déclaré : « J'ai eu le sentiment suivant lorsque j'ai lu l’adhan là ; Je voulais que ceux qui n'ont pas entendu depuis 30 ans l'entendent. Non seulement les gens qui écoutent l'appel à la prière, mais aussi les loups, les oiseaux, les arbres et tous les êtres vivants. Entendent l’adhan. Alhamdoulillah, Allah Tout-Puissant nous l'a donné. Sans liberté, il n'y a pas de l’adhan. Les terres occupées ont été sauvées au moins grâce aux efforts de nos martyrs et vétérans. J'espère que la prochaine chose sera de reconstruire nos villes. Il faut l'équiper de mosquées et de minarets. Les ornements des villes sont les mosquées. Je crois que lorsque nous venons quelques années plus tard, les minarets de Choucha, Fuzuli et Ağdam se sont levés, et l'appel à la prière des minarets va vers des endroits éloignés. J'espère que nous serons témoins de cela ensemble. »

« Nous sommes toujours avec l'Azerbaïdjan »

Disant « Nous sommes toujours avec l’Azerbaïdjan, nous sommes son frère et ami le plus proche », le Président Erbaş a déclaré : “«Comme l'a dit Heydar Aliyev, nous sommes deux États, une nation. Notre fraternité et notre amitié dureront pour toujours. Notre coopération et notre solidarité les uns avec les autres se poursuivront toujours. Si l'Azerbaïdjan a mal à la tête, nous serons malades. Je crois que si nous avons mal à la tête, nos frères azerbaïdjanais tomberont malades de la même manière. Nous continuerons à montrer que nous sommes toujours avec l'Azerbaïdjan, matériellement et spirituellement, avec nos prières et notre soutien. »