« Nous sommes les héritiers d’une civilisation qui a préparé les bases du développement de l’humanité pendant des siècles avec science, connaissance et sagesse »

« Nous sommes les héritiers d’une civilisation qui a préparé les bases du développement de l’humanité pendant des siècles avec science, connaissance et sagesse »

lundi 29 novembre 2021

Le Président des Affaires Religieuses, Prof. Dr. Ali Erbaş, a participé à la conférence internationale tenue sur le thème « Le Kazakhstan indépendant et les valeurs islamiques », et « Nous sommes les héritiers d’une civilisation qui a préparé les bases du développement de l’humanité pendant des siècles avec science, connaissance et sagesse. », a-t-il dit

“Asırlarca ilim, irfan ve hikmetle insanlığın inkişafına zemin hazırlayan bir medeniyetin mirasçılarıyız”

“Asırlarca ilim, irfan ve hikmetle insanlığın inkişafına zemin hazırlayan bir medeniyetin mirasçılarıyız”

“Asırlarca ilim, irfan ve hikmetle insanlığın inkişafına zemin hazırlayan bir medeniyetin mirasçılarıyız”

“Asırlarca ilim, irfan ve hikmetle insanlığın inkişafına zemin hazırlayan bir medeniyetin mirasçılarıyız”

“Asırlarca ilim, irfan ve hikmetle insanlığın inkişafına zemin hazırlayan bir medeniyetin mirasçılarıyız”

“Asırlarca ilim, irfan ve hikmetle insanlığın inkişafına zemin hazırlayan bir medeniyetin mirasçılarıyız”

“Asırlarca ilim, irfan ve hikmetle insanlığın inkişafına zemin hazırlayan bir medeniyetin mirasçılarıyız”

“Asırlarca ilim, irfan ve hikmetle insanlığın inkişafına zemin hazırlayan bir medeniyetin mirasçılarıyız”

“Asırlarca ilim, irfan ve hikmetle insanlığın inkişafına zemin hazırlayan bir medeniyetin mirasçılarıyız”

“Asırlarca ilim, irfan ve hikmetle insanlığın inkişafına zemin hazırlayan bir medeniyetin mirasçılarıyız”

“Asırlarca ilim, irfan ve hikmetle insanlığın inkişafına zemin hazırlayan bir medeniyetin mirasçılarıyız”

Le Président des Affaires Religieuses, Prof. Dr. Ali Erbaş a participé à la conférence scientifique internationale tenue sur le thème « Le Kazakhstan indépendant et les valeurs islamiques », à l’occasion du 30e anniversaire de l’indépendance de la République du Kazakhstan.

Le Président des Affaires Religieuses, Prof. Dr. Ali Erbaş s’est connecté à la conférence en ligne et a commencé son discours en célébrant le 30e anniversaire de la République du Kazakhstan et il a souhaité que le programme organisé aboutisse à de bons résultats.

Le Président des Affaires Religieuses, Erbaş, a déclaré que les deux nations étaient les membres de la même croyance, de la même langue, d’une histoire, d’une géographie et d’une culture communes, et « Nous sommes les héritiers d’une civilisation qui a préparé les bases du développement de l’humanité pendant des siècles avec science, connaissance et sagesse. Nous sommes les descendants d’une nation qui a allumé le flambeau de la justice, de la compassion et de l’amour dans le bassin de la Transoxiane et qui l’a transmis sur sept continents. », a-t-il dit.

Le Président Erbaş a attiré l’attention sur le fait que de nombreux savants tels que al-Fârâbî, Khoja Turkistani et Khoja Ahmad Yasavi, qui continuent d’être une source d’inspiration pour le peuple du Kazakhstan et tous les musulmans, avaient grandi dans cette géographie, et a souligné que le territoire du Kazakhstan n’était pas seulement le centre de la culture et de l’histoire turques, mais aussi le berceau de la sainte amitié et de la solidarité du monde turc.

« Ce qui fait d’une société une nation, ce sont les valeurs communes de cette société »

Le Président Erbaş a rappelé que les éléments qui faisaient d’une société une nation, la maintenaient en vie et la portaient vers l’avenir étaient les valeurs communes de cette société, et il a poursuivi son discours comme suit :

« Au premier plan de ceux-ci se trouvent des valeurs telles que la croyance, la langue, la culture et l’histoire. Les faits historiques nous montrent clairement que ceux qui perdent leur foi perdent aussi leur existence. Ceux qui perdent leur langue perdent aussi leurs idéaux. Ceux qui s’éloignent de leur culture deviennent aussi étrangers à leur identité ; ceux qui oublient leur histoire sont aussi éloignés de leur géographie.

Notre histoire récente témoigne des exemples les plus frappants des souffrances qu’a subies une nation dont la liberté est assombrie. Les Balkans, la terre des enfants des conquérants, dépouillés de leur indépendance par les régimes oppresseurs et exposés aux politiques d’assimilation, l’Asie, notre patrie ancestrale, et bien d’autres régions de notre géographie de civilisation en sont témoins. Nos compatriotes et coreligionnaires dont les identités religieuses, nationales et culturelles sont réprimées et leurs valeurs communes bafouées, en témoignent. »

Le Président Erbaş a affirmé que les régimes envahisseurs et oppressifs avaient essayé de démunir les libertés de nos compatriotes et coreligionnaires, de rompre les liens entre eux et leur foi, leur langue et leur culture, et il a fait les évaluations suivantes : « Ces géographies qui ont été le foyer de la science, de la sagesse, de la paix et de la sérénité depuis des années, se sont transformés en une terre de chaos, de désordre et de trouble durant une certaine époque. Toutes sortes de voies d’interaction ont été tentées d’être éliminées afin que les sociétés dont l’unité, la solidarité et la liberté sont tentées ne se réunissent pas à nouveau. Cependant, cette malheureuse chance a pris fin avec la foi, la volonté et la puissance de nos compatriotes, qui ne se sont jamais inclinés en captivité et ont apprécié leur liberté par-dessus tout, alhamdulillah. »

« Le facteur le plus fondamental qui nous rendra forts sur la scène de l’histoire, ce sont nos valeurs communes et nos idéaux communs »

Le Président Erbaş a souligné qu’un maximum d’efforts devraient être fait afin de protéger, de faire vivre et de transférer les valeurs communes aux générations futures de la meilleure façon possible, et il a continué comme suit :

« Le facteur le plus fondamental qui nous rendra forts sur la scène de l’histoire, ce sont nos valeurs communes et nos idéaux communs, en particulier notre croyance. À cet égard, nous devons prendre des mesures plus importantes entre nous pour assurer, renforcer et porter à l’avenir notre unité de la langue, de l’histoire, de la littérature et des idéaux. Nous devons effectuer des travaux sérieux pour enraciner un sentiment de justice et de compassion qui embrassera toute l’humanité, pour éviter l’abus des croyances et pour empêcher la formation du terrorisme et de l’anarchie, en particulier à travers la religion. »

« La Présidence des Affaires Religieuses poursuit sans interruption ses services pour nos compatriotes et coreligionnaires »

Le Président Erbaş a souligné que la Présidence des Affaires Religieuses poursuivait sans interruption ses services pour nos compatriotes et coreligionnaires qui vivent dans notre pays depuis sa fondation, et dans différents pays depuis 1971, et il a utilisé les phrases suivantes : « Notre Présidence des Affaires Religieuses travaille avec une grande dévotion pour répondre aux besoins religieux, moraux, matériels et spirituels de l’humanité en produisant de la science, des idées et des institutions de service dans toute la géographie de notre civilisation, en particulier dans notre pays. Dans ce contexte, je voudrais exprimer que nous attachons une grande importance à la place des Républiques turcophones de notre patrie ancestrale qui se trouvent dans nos zones de service, car, elles ont apporté de grandes contributions à la culture et à la civilisation islamiques depuis des siècles. »

« La Turquie et le Kazakhstan sont deux pays liés l’un à l’autre avec des liens étroits »

Le Président Erbaş a attiré l’attention sur les liens étroits entre la Turquie et le Kazakhstan, et il a noté que la Turquie avait reconnu l’indépendance du Kazakhstan dès que ce dernier avait déclaré son indépendance, et « De même, la Turquie a été le premier pays à reconnaître les autres républiques turcophones et à ouvrir des ambassades dans ces pays. Les premières visites de haut niveau dans ces pays ont été effectuées à partir de la Turquie, et les dirigeants de ces pays ont préféré la Turquie pour leur première visite. », a-t-il dit.

« La coopération que la Turquie a élaborée avec les Républiques turcophones se développe progressivement »

Le Président Erbaş a affirmé que la coopération que la Turquie a élaborée avec les Républiques turcophones se développait progressivement, et il a parlé comme suit :

« Des organisations telles que l’Assemblée parlementaire des pays de langue turcique, la Présidence des Turcs vivants à l’étranger et des communautés connexes, l'Université turco-kazakhe Hoca Ahmet Yesevi, Université Manas Kirghizistan-Turquie, l'Union des Municipalités Turques dans le Monde, l’Agence turque de coopération et de développement (TIKA), l’Organisation internationale pour la culture turque (TURKSOY), TRT Avaz, l’Institut Yunus Emre, la Fondation Maarif de Turquie sont des projets qui ont augmenté la coopération de la Turquie au sein du monde turcophone et renforcé la coopération entre les républiques sœurs. Nous sommes très heureux que le Kazakhstan ait élargi ses institutions religieuses en peu de temps, comme dans d’autres domaines, et continue d’accroître ses activités pour fournir des services religieux au peuple kazakh. Sans aucun doute, les politiques constructives et rationnelles du Président fondateur Ilbas Noursoultan Nazarbaïev ont joué un rôle majeur dans ces succès. Nous sommes extrêmement heureux de voir que ces travaux réussis sont poursuivis par le Président Kassym-Jomart Tokaïev qui travaille avec dévouement, et par le gouvernement dirigé par lui. »

« L’un des signes les plus forts de la foi est que les croyants s’aiment les uns les autres pour l’amour d’Allah »

Le Président Erbaş a noté que l’amour des croyants les uns pour les autres pour l’amour d’Allah est l’un des signes les plus forts de la foi, et il a conclu son discours par les mots suivants :

« Aujourd’hui, la plus grande tâche pour nous tous est de garder vivantes nos valeurs nationales et morales pour lesquelles nos ancêtres ont donné leur vie, et de les transmettre aux générations futures, en nous rassemblant autour de nos valeurs communes. C’est travailler pour la paix, le bien-être et la pérennité de notre nation et de notre État, avec gratitude envers notre Seigneur et avec le sentiment de loyauté envers nos ancêtres.

À cette occasion, je félicite encore une fois le 30e anniversaire de l’indépendance de la République du Kazakhstan et je souhaite la paix, la tranquillité, la prospérité, l’unité et le succès au peuple du Kazakhstan, à l’ensemble du monde turcophone et au monde de l’Islam.

Je prie notre Seigneur le Tout-Puissant de nous permettre de vivre en toute liberté et en fraternité pour toujours sur ces belles terres. »